Ebays, HP et désormais Symantec, C’est la mode des « spinoff »

Après eBay et Hewlett-Packard (HP), c’est au tour de Symantec de se séparer en deux entités. Le groupe a annoncé, jeudi 9 octobre, son intention se scinder son activité de sécurité sur Internet (avec l’antivirus Norton) de celles spécialisées dans la gestion de l’information (stockage et récupération des données).

Toutefois, Symantec ne se place pas dans la même perspective que HP ou encore eBay, qui éprouvent la nécessité de séparer leurs activités parce que l’une croit moins vite que l’autre. L’antivirus Norton comme la branche gestion de l’information connaissent une forte croissance. La première a généré un chiffre d’affaires de 4,2 milliards de dollars (3,5 milliards d’euros) lors du dernier exercice fiscal, clos en mars, contre 2,5 milliards pour la seconde. Symantec est aujourd’hui le leader du marché de la sécurité dans le domaine du software avec une part de 18,7 %, selon le cabinet Gartner, loin devant McAfee avec 8,7 % du marché et IBM avec 5,7 %.

MODE DES « SPINOFF »

M.Brown prendra la tête de l’activité sécurité, tandis que John Gannon, qui a rejoint Symantec en août 2012, dirigera la partie stockage et récupération de données. Le patron de Symantec a également laissé entendre que l’opération, qui devrait être effective fin 2015, pourrait déboucher sur des suppressions d’emplois. Le groupe compte 20 000 salariés dans une cinquantaine de pays.

POUR LE GROUPE HEWLETT PACKARD (HP)

Pour HP, il s’agit de séparer les activités de fabrication de PC et d’imprimantes de la branche consacrée aux services aux entreprises (logiciels professionnels, serveurs) d’ici à 2015.
Meg Whitman, qui dirige l’ensemble depuis trois ans, deviendra directrice générale des activités services et présidente de la branche PC et imprimantes. L’ex-patronne d’Alcatel-Lucent Patricia Russo, qui est actuellement administratrice de HP, se retrouverait propulsée présidente des activités services aux entreprises, tandis que Dion Weisler, actuel vice-président chargé des PC et imprimantes prendra la direction générale de cette branche.

Ce nouveau virage vise à créer deux entités de taille quasiment égale, générant chacune un chiffre d’affaires d’un peu plus de 55 milliards de dollars (44 milliards d’euros). Lors de l’exercice fiscal 2013, les ventes des PC et des imprimantes étaient en recul de 7,1 %, contre une baisse de 6,7 % pour l’ensemble du groupe. Toutefois, HP a réalisé un troisième trimestre (clos fin juillet) encourageant : pour la première fois depuis douze trimestres, le groupe a enregistré une hausse de ses ventes.

Ces deux activités ont des cycles de produits et de ventes, des modèles de profitabilité et des canaux de distribution très différents, qui se sont heurtés depuis des années. Cette scission devrait permettre de surmonter ces obstacles.

EBAY et PAYPAL

Pour le géant américain des enchères en ligne eBay, son intention est de se scinder en deux l’an prochain pour séparer ses activités historiques de celles de sa filiale de paiement PayPal. Cette nouvelle société devrait être, une fois créée, introduite en Bourse.

Les dirigeants actuels d’eBay – John Donahoe et le directeur financier Bob Swan – piloteront toute la phase de transformation du groupe. Mais ils n’occuperont pas de fonctions opérationnelles dans les deux nouvelles sociétés à naître de la scission, se contentant de sièges à leur conseil d’administration.

Le « nouvel » eBay sera dirigé par Devin Wenig, actuellement président de eBay Marketplaces. Sur les douze derniers mois, la société aurait réalisé pour 9,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires, en hausse de 10 %. Le PayPal indépendant sera dirigé par Dan Schulman, venu d’American Express, après avoir occupé des fonctions de direction chez AT&T, Priceline et Virgin Mobile. La société aura réalisé au cours des douze derniers mois pour 7,2 milliards de dollars d’activité.

SCISSION SOUS PRESSION

Contrairement à HP et eBay, la direction de Symantec a pris cette décision de son propre chef, sans aucune pression d’un quelconque actionnaire activiste. Le fonds spéculatif ValueAct qui était à son capital, s’en est retiré en début d’année.

Cette mode des « spinoff », des scissions d’activité n’est peut-être pas terminée : EMC, une société spécialisée dans le stockage de données est actuellement dans le collimateur du fonds activiste Elliott Management, qui le pousse également à un tel mouvement.

Plus d’information sur www.alpix.fr

1 Commentaire

  1. lien

    J’ai découvert ton blog il n’y a pas longtemps et j’avoue être séduit par la qualité de tes articles

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *